Connexion
Clinique Vétérinaire Les Sablons
Dr Eric Florant

La démodécie chez le chien

 

 

C’est une maladie de peau provoquée par un parasite de type acarien, le demodex, qui se développe dans la peau du chien, à la base des poils (dans le follicule pileux). Certains chiens sont porteurs de demodex sans maladie, car le parasite ne se développe que si les conditions sont favorables.

La forme la plus fréquente est la forme juvénile apparaissant chez des chiots et des chiens jeunes de moins de 2 ans. Elle est liée à une prédisposition de certains chiots, plus particulièrement dans certaines races, qui ont un système immunitaire qui met plus de temps à être fonctionnel, permettant ainsi le développement du parasite. Le demodex lui même fabrique des substances qui vont accentuer cette baisse des défenses, aggravant progressivement la maladie. Les surinfections par des bactéries sont fréquentes (on parle de pyodermite secondaire), plus rarement par des champignons.

Il existe aussi des cas de démodécie chez des chiens âgés, liés à une baisse de leur immunité en rapport avec leur âge ou souvent secondaire à d’autres maladies, parfois liée à l’administration de certains médicaments (ex certains corticoïdes)

La démodécie peut se présenter sous différentes formes cliniques: des formes localisées (dont une forme particulière au niveau des pattes uniquement), des formes plus ou moins généralisées sèches (perte de poils, rougeurs de la peau, squamosis (“pellicules“), croûtes), des formes surinfectées qui peuvent être graves avec des pyodermites profondes de la peau (furoncles lors de furonculose, et ulcérations lors de cellulite démodécique).

Le diagnostic n’est pas toujours facile. D’abord parce que les lésions de la peau ne sont pas typiques, elles ressemblent à celles que l’on voit dans d’autres maladies de peau, et ensuite parce que le seul moyen d’identifier le parasite est d’effectuer des raclages cutanés observés au microscope, qui demandent une certaine habitude. En effet, le demodex vivant en profondeur dans la peau, les raclages réalisés doivent être assez profonds sinon le parasite peut passer inaperçu.

 

       demodex adulte vu au microscope (x150)       larve de demodex


Le traitement : jusqu'à récemment, le traitement n'était pas toujours simple. Il fallait trouver celui qui convenait à chaque chien, avec parfois des effets secondaires pour certains d'entre eux. De nouveaux traitements en comprimés efficaces et  bien tolérés sont en cours de développement et déjà utilisés par les vétérinaires pratiquant la dermatologie depuis 2016. Il faut ausi traiter les surinfections secondaires. 

Les traitements permettent de guérir définitivement la grande majorité des chiens jeunes (ce n’est pas le cas chez les chiens âgés) si plusieurs points sont respectés:

  • Un suivi régulier pour adapter le traitement : habituellement le suivi est mensuel avec la réalisation de plusieurs raclages et à chaque fois comptage des parasites (adultes, larves et œufs) ce qui permet de s’assurer de la bonne évolution vers la guérison et au besoin réajuster.
  • Le traitement doit être continué jusqu’à obtention de 2 raclages négatifs (bien réalisés) à un mois d’intervalle
  • Stériliser les chiennes, car les chaleurs favorisent la rechute de la maladie

Si tout cela est respecté, seul 5 à 10% des chiens rechutent et auront besoin d’un traitement d’entretien à vie pour éviter les récidives.

La durée des traitements est variable et va de 3 mois dans le meilleur des cas jusqu’à 8 ou 10 mois.

 

 

La démodécie est elle contagieuse ?

Non la démodécie n’est pas contagieuse ni pour les personnes, ni pour les autres animaux. La transmission se fait au départ de la mère aux chiots dans les premiers jours de la vie, puis c’est le fait que les conditions soient favorables qui fait que la maladie va se développer chez certains chiots. Cette sensibilité particulière au demodex est très probablement liée à une prédisposition héréditaire, il est donc vivement conseillé de ne pas faire se reproduire les chiennes ayant eu des portées avec des chiots démodéciques en particulier les formes généralisées et surinfectées. Des essais peuvent être faits, si la mère elle même n’a jamais développé la maladie, en changeant de mâle.

 

© Dr Eric FLORANT

Consultation de dermatologie vétérinaire

Clinique vétérinaire Les Sablons

Plaisir 78